La tombe d’à côté

La peine marbrée glisse

Sur les pierres du cimetière

Crois-tu que l’eau des fleurs aurait été changée ?

Pour moi toutes les fleurs

Sont mortes désormais

 

Sur la tombe d’à côté

Lui aussi hume l’air

Lui aussi cherche un signe

On dirait que jamais

Jamais ne se résigne

Même si l’âge le dévore

Il n’oublie pas son cœur

Fiché six pieds sous terre

 

Mes larmes épuisées

Se mêlent à la rosée

Crois-tu que les oiseaux arrêteraient de voler ?

Pour moi tous les oiseaux

Sont sans ailes désormais

 

Sur la tombe d’à côté

Contre son pouls il porte

Son souvenir en poussière

Dans un cadran de montre

Pour lui le temps s’est mué

En éclats de cendres dorées

 

 

 

Cutter

Il s’est placé juste à côté du réverbère. La moitié de son visage dans l’ombre, sa main, qui tient son portable allumé, aussi.
Elle rentre d’une soirée, le coeur dans les talons. Tous les convives, sauf elle, évidemment, formaient couples et familles. Elle a mangé sa tranche de boeuf en piquant nerveusement la chair de sa fourchette. Ne pas pleurer, pas l’endroit, pas le moment.
Elle gare la voiture, sans regarder, presque d’une main. La nuit forme une voûte d’un noir sec au-dessus de sa tête. Elle traverse la route, hâtant le pas.
Il la voir sortir de sa voiture, sa respiration se bloque. Elle passe juste à côté, sans le regarder, mais perçoit le mouvement, infime, qu’il amorce vers elle. Il a rendez-vous, pense-t-elle. A 2 h 30 du matin, dans une rue déserte ?
Il attends une pute, sûrement. Il a cru que c’était moi. Cette pensée la traverse comme un coup de cutter. Elle a juste le temps de s’engouffrer dans le hall de son immeuble avant d’exploser en sanglots.

Cancrelat

A hauteur de cancrelat, les volumes ne sont pas les mêmes. Les peines non plus. Peut-être n’en a-t-il pas. Ses antennes luisantes ne captent aucun battement de coeur, aucune connexion neuronale toxique à l’écoute d’une stridence de guitare électrique.

Il se concentre juste sur l’effritement du mur en pierre, qui peut le précipiter à tout moment vers la mort, sans sommation.

Elle le regarde se faufiler entre deux lattes du plancher zébré par les passages successifs des êtres humains, insouciants ou le coeur gorgé de solitude qui se déverse en flaques, selon les jours.

Il disparaît. S’il revient, elle le tuera.

Lettres d’or

La belle affaire
Le coeur à l’envers
Les bras en croix
Je n’attendais que toi
T’aimerais bien que j’dise ça
De jolis clichés
Comme des perles à un collier
Mais c’est pas comme ça que j’te vois
Toi t’es du standing supérieur
Celui qui brode des lettres d’or
Tout autour de mon coeur
Qui ne voit pas dans mes bras
Qu’un refuge pour t’éventer
Quand la vie te déçoit
Au contraire tu convoques, tu décides et tu vois
Partout où tu le pourras
Tant de ciels exaltés
Eclatants, irisés