Un pied devant l’autre

Elle a mis un pied devant l’autre

C’était déjà pas mal

Dehors les oiseaux dans les arbres

Recommençaient à chanter

Peut-être qu’ils n’avaient jamais cessé

Dans la rue les passants marchaient

A toute allure, sans s’arrêter

A côté d’elle, sans la voir ni la toucher

Elle aurait aimé aller

Aussi vite qu’eux, foncer

Elle ne se sentait pas plus légère

Malgré ce qu’elle avait laissé là-bas

Dans cet endroit étranger

Où elle aurait préféré

Ne jamais mettre un pied

C’est sûr il y aurait

Un avant, un après

Elle a mis un pied devant l’autre

Chassé la larme qui coulait sur sa joue

C’était déjà pas mal, c’était déjà beaucoup

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s