Les hommes de papier

Les hommes de papier

Veillent sur moi

Sans me regarder

Ils ne m’ont jamais perforé le coeur

Au marteau piqueur

Ils m’aident, rêveuse du bout du quai

A m’accrocher aux nuages

A essayer de ne pas rester planquée

Dans mon pigeonnier

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s